The end

« L’aventure s’achève ici », comme disait le présentateur de Koh-Lanta avec sa voix nasillarde et horripilante. En réalité, elle s’est terminée il y a déjà une semaine mais je n’ai pas eu beaucoup de temps libre jusqu’à aujourd’hui pour publier ce fameux article-bilan.

Contrairement à ce que j’aurais pu croire, je n’ai absolument aucune motivation pour l’écrire. Maintenant que je suis rentrée, j’ai comme une énorme envie de tourner la page…

Mais mercredi dernier, pendant mes longues heures de trajet entre Swansea et Paris, je ne savais pas trop quoi faire pour m’occuper… J’ai donc dressé une petite liste de toutes les choses que j’avais appréciées là-bas. Et paf, ça a fait un article-bilan tout chaud tout frais ! Dans le lot, il y a pas mal d’anecdotes débiles, mais c’est ça qui fait tout le charme d’un séjour à l’étranger, non ?

Au cours de ces 8 mois au Pays de Galles comme fille au pair, j’ai aimé :

* Être réveillée par les mouettes le matin.

* Chahuter avec les enfants, faire les cons, sourire de leurs drôles d’expressions et m’émerveiller face à leur imagination débordante (« Dans mon nombril, j’ai deux petits cochons ailés. Si tu cries, tu leur fais peur et ils s’envolent »).

* M’allonger sur la plage.

* Boire du Chai Tea Latte au Costa.

* Respirer l’air de la mer.

* Aller me promener dans le centre-ville avec la quasi-certitude de croiser quelqu’un que je connais.

* Entendre les premiers mots d’Izak.

* Le sourire des commerçants.

* La gentillesse des automobilistes.

* Parler Anglais, même mal.

* Penser en Anglais, souvent. Rêver en Anglais, parfois.

* Rire de la pluie. Savourer le soleil.

* Les robinets anglais, les livres sterling, la conduite à gauche, les miles… La vie à l’envers.

* Les amis internationaux, qui t’enrichissent tellement. Les promesses de voyages. L’envie de dire, comme Romain Duris : « Je suis Français, Espagnol, Anglais, Danois. Je suis pas un, mais plusieurs. Je suis comme l’Europe, je suis tout ça. Je suis un vrai bordel. »

* Savoir que tout est éphémère.

* Être différente. Être unique, un peu.

* Parler avec des inconnus, pour le plaisir de discuter.

* Rire de la tenue vestimentaire des Galloises.

* Les cinnamon rolls, les Welsh cakes, les cheesecakes.

* Entendre « Hiya » (bonjour) et « Tada » (merci, au revoir).

* Boire du cidre aux fruits rouges.

* Pouvoir regarder F.r.i.e.n.d.s. à la télé, en VO, à toute heure.

* Les « hugs ».

* Le sourire d’Alex qui donne l’impression que tout est possible.

* Le sentiment d’être chez soi.

La vie reprend son cours, doucement. C’est plus facile que je ne l’imaginais. Les amis sont là, les parents, le chéri. On avance… Voilà, c’est sûrement la fin de ce blog. Enfin, qui sait ?

Faire ses adieux (et ses valises aussi, merde)

IMG_5045

Je n’ai jamais été très douée pour les adieux. D’ailleurs, les retours de colonies de vacances m’ont toujours traumatisée. Alors devoir dire au revoir à des amis géniaux, à trois enfants aussi chiants qu’attachants et à tout un pays, ce n’est pas facile facile.

D’ici quelques jours, j’écrirai sûrement un article bilan. Là, je n’ai pas trop la tête.

J’emporte dans ma valise des tas de dessins d’enfants, des photos, des souvenirs débiles (un coquillage, un CD des Beach Boys, un morceau de charbon, un porte-clé gallois…) , quelques cadeaux et des Welsh cakes. Par contre, j’ai abandonné en route deux-trois petites choses. A commencer par mon manteau d’hiver, ce manteau rouge que je porte depuis trois ans et que je n’ai presque pas quitté pendant ces 8 mois à Swansea. Je l’ai donné à un charity shop. Peut-être qu’un jour une Galloise qui n’aura pas trop abusé du Mc Do se promènera avec, dans les rues de Swansea, tout en grommelant : « I hate this f*** weather ! »

Et ce manteau, curieusement, me fait penser au film Paris je t’aime. La boucle est bouclée.

https://queenofpudding.files.wordpress.com/2013/06/bc0eb-paris-je-taime-1.jpg

Week-end express à Liverpool et Chester

Il y a à peu près 7 ans, je prenais ma première leçon d’auto-école. A l’époque, mon sympathique moniteur m’avait fait remarquer que je conduisais aussi bien qu’un « marin alcoolisé ». De l’eau a coulé sous les ponts depuis (oui, j’aime les métaphores aquatiques)…

Maintenant que je suis à l’aise avec la conduite à gauche, rien ne m’empêche de m’aventurer sur les routes anglaises (et surtout sur les routes galloises qui sont particulièrement sinueuses). Le week-end dernier, j’ai donc quitté Swansea avec quelques copains, direction Chester et Liverpool.

Autant dire que ce fut un week-end mouvementé. En résumé : j’ai failli renverser deux moutons sur le trajet, on a eu tout un tas de problèmes avec notre auberge de jeunesse, je me suis payée une contravention pour stationnement interdit, on a frôlé la panne d’essence car dans ce fichu pays toutes les stations services sont fermées le dimanche et, pour finir, je me suis (presque) faite agresser par un clodo bourré… Mais bon, malgré tout ça, c’était vraiment super.

Chester est une minuscule « cité » à la frontière du Pays de Galles, où l’on trouve une cathédrale, les ruines d’un amphithéâtre romain, une horloge (la plus visitée d’Angleterre après Big Ben) et de jolies maisons à colombage. Je lui ai trouvé des faux airs de Stratford.

???????????????????????????????

???????????????????????????????

???????????????????????????????

???????????????????????????????

???????????????????????????????

Rien à voir avec Liverpool, ville jeune, dynamique et multiculturelle. Une journée n’était pas suffisante pour en faire le tour, mais nous avons quand même pu visiter deux cathédrales (dont une ultra-moderne), le port (Albert Dock) et la Walker Art Gallery. Sans oublier l’incontournable musée consacré aux Beatles. Car au cas où vous l’ignoreriez, c’est à Liverpool que sont nés et ont grandi les quatre garçons à la coupe au bol.

???????????????????????????????

liv1

???????????????????????????????

???????????????????????????????

???????????????????????????????

???????????????????????????????

Voilà. Maintenant j’ai Yellow Submarine dans la tête, mais aussi beaucoup de beaux souvenirs…

Les voyages, ça forme la jeunesse (mais pas seulement)

Large

Difficile d’exprimer à quel point cette année à l’étranger a changé ma vie. Je crois d’ailleurs que ça ne s’explique pas : ça se ressent. Si vous avez vécu cette expérience (comme mon amie Anouk), vous savez certainement de quoi je veux parler.

Maintenant que le retour en France approche, j’ai comme un énorme nœud à l’estomac. J’ai peur de ne pas pouvoir me réadapter à la vie là-bas, de ne pas parvenir à raconter tout ce que j’ai vécu, de ne pas réussir à transmettre, à partager.  En 8 mois, j’ai rencontré plus de gens qu’au cours des 5 dernières années. J’ai surtout discuté avec des personnes venues de pays et d’horizons différents. Je me suis rendue compte à quel point ma personnalité avait été modelée par ma vie en France, mais aussi qu’il était possible d’évoluer au contact des autres.

C’est vraiment bateau, tout ce que j’écris. Je voudrais trouver les mots justes, pour encourager les gens à mettre les voiles. (Ce jeu de mots minable est complètement involontaire.)

Hier, je me promenais tranquillement sur la plage quand j’ai croisé un garçon qui suit des cours d’Anglais dans la même école que moi. Il s’appelle Alex, il vient d’Iran et il a 27 ans. Son vrai nom, c’est Mohammed, mais il a décidé d’en changer lorsqu’il est arrivé au Royaume-Uni. C’est sûrement la personne la plus souriante que j’ai jamais rencontrée. On a commencé à discuter. De tout, de rien. Peu à peu, j’ai arrêté de parler et je me suis contentée de l’écouter. Je me suis abreuvée de son histoire. Son enfance, ses conneries d’ado, son athéisme naissant, sa décision de s’opposer au gouvernement iranien. Les manifestations, les arrestations, les larmes de sa mère, la nécessité de fuir son pays, à pied, jusqu’en Grèce. Les faux papiers, l’arrivée à Swansea, l’attente interminable pour obtenir un visa, le regard dédaigneux des Européens qui le traitent d’ « arabe ». Mais le sourire aux lèvres, toujours. Un optimisme à toute épreuve. « Quand ce régime tombera, je rentrerai dans mon pays et je vivrai comme un prince. Tu viendras me voir ? Mon père a une villa avec piscine. »

Putain, c’est banal tout ça, la télé nous rebat les oreilles avec ces histoires à longueur de journée. Mais entendre quelqu’un en parler, avec autant de sincérité, ça remue les tripes. Voilà, je crois que tout mon voyage a été à l’image de cette anecdote. Des paroles échangées, des mots qui se sont inscrits à jamais dans ma mémoire. Et la sensation que ma vie ne sera plus jamais la même.

Churchill was born in… Blenheim Palace

Comme je vous le racontais dans un précédent article, j’ai récemment passé une journée à Oxford avec quelques amis. Nous avons profité de cette escapade pour découvrir également le Palais de Blenheim, situé à Woodstock dans l’Oxfordshire. Cette gigantesque résidence de campagne, construite au début du XVIIIe siècle dans un style baroque typiquement anglais, est célèbre pour avoir vu naître Winston Churchill en 1874.

???????????????????????????????

???????????????????????????????

???????????????????????????????

« A Blenheim, disait Churchill, j’ai pris deux décisions importantes : naître et me marier. Je suis satisfait de chacune d’entre elles. »

???????????????????????????????

J’ai particulièrement apprécié la gigantesque bibliothèque… Même celle de La Belle et la Bête peut aller se rhabiller !

???????????????????????????????

???????????????????????????????

Mais mon coup de coeur va sans aucun doute aux jardins, magnifiques... Dommage que nous ayons du nous presser car nous manquions de temps ! C’est le genre d’endroits où je pourrais flâner toute une journée sans voir les heures s’écouler…

???????????????????????????????

???????????????????????????????

???????????????????????????????

???????????????????????????????

???????????????????????????????

???????????????????????????????

A voir absolument si vous passez dans le coin !

À Oxford, sur les traces de Lewis Carroll et d’Harry Potter

Le week-end dernier, ne redoutant ni a météo capricieuse ni les quatre heures de bus, nous sommes allés visiter la belle petite ville d’Oxford. On y trouve, comme chacun le sait, l’une des plus anciennes universités du monde mais aussi l’une des plus reconnues. On ne compte plus les artistes et personnalités qui s’y sont succédé, à commencer par mon chouchou Lewis Carroll.

Elle accueille aujourd’hui encore plus de 18 000 étudiants répartis dans 39 collèges. La plupart d’entre eux sont installés dans de magnifiques bâtiments, en plein cœur de la ville. Nous n’avions que quelques heures devant nous, alors nous avons choisi de visiter le plus célèbre : Christ Church. Pour l’anecdote, c’est ici qu’ont été tournées certaines scènes de la saga Harry Potter.

IMG_4633

IMG_4622

Franchement, ça en met plein les mirettes. J’ai presque du mal à imaginer qu’on puisse étudier dans des conditions pareilles. Entre nous, ça a l’air ultra-chic et coincé… Mais bon, c’est quand même la classe à Dallas !

Voici le hall (ou la cantine, quoi…) que l’on retrouve dans les aventures du sorcier à lunettes :

???????????????????????????????

fb1

Et ça, c’est l’escalier où le professeur McGonagall accueille les nouveaux élèves de Gryffondor.

IMG_4644

Mais bon, même si vous n’êtes pas un Harry Potter-addict, vous pourrez toujours vous émerveiller devant l’incroyable architecture du lieu.

IMG_4666

???????????????????????????????

IMG_4642

???????????????????????????????

???????????????????????????????

???????????????????????????????

En résumé, Oxford a bien mérité son surnom de « ville au clochers rêveurs ». A chaque coin de rue, on peut admirer un bâtiment historique (ça m’a d’ailleurs un peu rappelé Bath de ce point de vue). Bonheur !

IMG_4617

???????????????????????????????

???????????????????????????????

Nouvelles galloises en pagaille #5 (and last…)

Mon voyage touche (presque) à sa fin, alors voici une ultime fournée de nouvelles galloises. J’espère que vous êtes prêts parce que c’est toujours aussi passionnant.

La première nouveauté (et non des moindres), c’est qu’il fait maintenant chaud à Swansea ! Franchement, on n’y croyait plus. Adieu les manteaux et les écharpes, bonjour les sandales, les jupes et les séances de bronzette sur la plage. Sous le soleil, tout paraît plus beau ! Et je me rends compte à quel point c’est appréciable de vivre en bord de mer, même si l’on ne peut en profiter que quelques mois par an…

En dehors de ça, la vie continue : ma voiture est re-re-retombée en panne, j’ai choppé une sympathique gastro qui m’a clouée au lit pendant deux jours, je passe mes exams dans deux semaines… J’ai acheté L’Etranger de Camus pour l’offrir à mon prof et du coup je le relis en Anglais. Un peu bizarre, mais bon.

Izak commence à parler et j’apprends à décrypter ce qu’il essaie de me dire. Pour l’instant son vocabulaire se limite à : « boki » (biberon), « nana » (banane), « canin » (Skylander), « matman » (batman), « dabi » (catcheur), « topit » (stop it !), « migome » (je peux venir ?)… Les conversations sont donc un peu limitées. Quant à moi, il m’appelle « Gam » et je trouve ça trop choupinou.

Je donne aussi des cours de Français à Nio, le papa, qui va peut-être rejoindre un club de rugby à Montpellier. Mais la grammaire le fatigue vite et il se contente d’apprendre par coeur les phrases qui lui permettront de draguer les filles, donc ce n’est pas gagné…

Et pour finir, un de mes amis a quitté Swansea hier pour repartir en Autriche. On était tous bien tristounets… Mais bon, on va essayer de profiter à fond des semaines qu’il nous reste à passer ensemble.

???????????????????????????????

IMG_4425

IMG_4441

???????????????????????????????

???????????????????????????????

PS : Cette année encore, mes amies (et moi aussi, à petite échelle) se donnent à fond pour organiser la Nuit européenne des musées qui aura lieu le 18 mai. Contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, il y a moyen de profiter de cet événement sans mourir étouffé au milieu des touristes : il vous suffit d’opter pour des lieux moins « courus » que le Louvre ou Orsay. Par ici le programme !

Le Pays de Galles sous le soleil

Enfiiiiin ! Le soleil a probablement fait un détour par la Laponie avant de se pointer à Swansea, mais il est finalement arrivé. Dire que ce beau temps me rend heureuse est un euphémisme. Au moindre rayon (et même s’il ne fait pas si chaud que ça), je fonce à la plage pour en profiter au maximum.

Le week-end dernier, nous avons opté pour une jolie promenade du côté des Mumbles et de Langland Bay (Péninsule de Gower).

IMG_4423

???????????????????????????????

IMG_4373

???????????????????????????????

???????????????????????????????

IMG_4393

Et d’abord : j’ai mis les pieds dans l’eau ! Alors reste plus qu’à mettre le reste du corps et j’aurai gagné mon pari… Facile.

???????????????????????????????

Swansea en images #4 : le château des Mumbles

J’ai cru comprendre qu’en France le printemps s’installait tout doucement… Eh bien, pas ici ! Il n’arrête pas de pleuvoir et on ose à peine sortir sans nos manteaux d’hiver.

Le climat du Pays de Galles me rappelle un petit peu celui de la Normandie : assez doux en hiver mais plutôt tristounet en été. Enfin, j’ai parié avec mes amis que je me baignerai dans la mer avant la fin de mon séjour, alors j’espère que le soleil va vite rappliquer.

En attendant les beaux jours, on occupe nos week-ends comme on peut, notamment en visitant cette merveille architecturale qu’est le château de Swansea (…). Non, sérieusement, je l’aime bien ce petit château en ruines même s’il n’a rien d’extraordinaire🙂

IMG_4069

???????????????????????????????

???????????????????????????????

???????????????????????????????

En dehors de ces soucis météorologiques, tout va plutôt bien. Certains de mes amis rentrent déjà dans leur pays d’origine au mois de mai, ça commence donc à « sentir la fin ». Je suis à la fois pressée de retrouver mon chéri et mes proches et un peu paniquée de ne pas savoir où je vais, ce qui m’attend.

J’espère que vous allez tous bien et n’hésitez pas à m’envoyer de vos nouvelles, ça me fait toujours plaisir de recevoir des petits messages made in France🙂